Dedans /Machine à ... Poème d'Elena Canosa.

 

Vidéo :

1:26

 
« La machine à … »


L’œil avale
ce que la pensée
décapite

ce que le naufragé
oublie

Il avale
la bouche lente
qui met les mots
entre crochets

Il avale
les sons rétifs
avec les couleurs
intrinsèques

L’œil avale
les tempes lisses
qui se vantent
de leurs secrets

Et les infimes précipices
qui ne dépassent
pas le rêve.


L’œil exhale
ce que la pensée
déchiquette.



Elena Canosa. 2010.

 
 

 
 
 
 
Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site