Vidéographie ----------------------------------------------------------------------Catie de Balmann

Vidéographie. 1988 - 2009

(cette page est cours de réalisation) 

 

2017_Scintillement, 4'41"

https://youtu.be/6zQKgX2cUe0

J’ai demandé aux habitants d’une portion du quartier du 11ème arrondissement de Paris, de m’indiquer leur présence le 29/09 à partir de 20h30 en jouant pendant 1 minute avec les interrupteurs de lumières des espaces qu’!ls occupent ce soir.

Images : Martin Blanchard, Soraya Lattali et Alex Tyl. Voix : Christine Bonsignore et les voisins. Montage : Delfina Suarez Dans le cadre du programme « Art contemporain et Logement social » mené par la Mairie du 11ème, Élogie-Siemp, RIVP et Paris Habitat. Merci aux participants et tout particulièrement aux habitants du 11-13-15 rue Neuve des Boulets pour ce beau moment.

Extrait d'1' de la vidéo : https://youtu.be/cVotKMG3vdk

2017_Voyage au 11-13-15 rue Neuve des Boulets, Paris 11ème, 3'7"

https://youtu.be/nowfrzH5ZVM

Voyage au sein d'un immeuble dont les 62 cuisines, de tailles de compartiments de trains, sont soulignées par des voilages de couleurs passés de l’autre côté des fenêtres, ceux au paravent utilisés sur des bâtiments à Barcelone et à Yvetot. Dans le cadre de la résidence "Art contemporain et Logement social" proposée par la Mairie de Paris 11ème, Elogie-Siemp, RIVP et Paris Habitat.
Merci à Philippe, le gardien,  et aux Habitants du 11-13-15 rue Neuve des Boulets.

2015_ Chez Moi ou Mille et Une Nuits à Yvetot,  6'13"

https://youtu.be/t8jQ8BnGjhg

Textes en français, anglais, espagnol et catalan.

http://catiedebalmann.e-monsite.com/videos/151218-chez-moi-ou-mille-et-une-nuits-a-yvetot.html

Tentative de retournement d'un intérieur vers l'extérieur - d'une "intimité" vers un espace public.
Comment agissent les éléments "intérieurs" des foyers quand ils sont sortis à l'extérieur, quels espaces produisent ils ?
Dans la proposition Chez moi ou Mille et Une Nuits, le support qui opère et concrétise la transaction "appropriation de l'espace public par les usagers", est une partie mobile : les rideaux.
L' ensemble des habitants d'un immeuble passe leurs rideaux de l'intérieur à l'extérieur de leurs fenêtres. Ce geste re - dessine la façade, en créant sur le bâtiment une peau en voilage de couleurs, celles du spectre de la lumière.
Cette combinaison prend tour à tour le statut de sous - vêtement ou de survêtement, soit qu'elle soit animée par les courants d'air - de lumière de l'intérieur ou de l'extérieur. Elle peut être considérée comme le résultat d'un tissage virtuel entre les habitants du bâtiment, l'artiste, le médiateur culturelle et les usagers de l'espace public.
La mobilité de la combinaison permet de "transpeauser" et de "superpeauser" des édifices entre-eux, d'un quartier à un autre, d'une ville à une autre...
La combinaison se greffe ponctuellement. Un film vidéo et une carte postale enregistre son passage. Des échanges avec les habitants - acteurs des différentes localités peuvent être envisagés...

Cette vidéo s’est réalisée dans le cadre d’une résidence à la Galerie Duchamp*.

2010 _Créations de robes chez Gash'Mlay, 3'33"

https://youtu.be/AwOuMNDA2_g

Ce document vidéo-clip a été réalisé, en continuité des interventions plastiques de Catie de Balmann avec les couturières de l'atelier Gash'Mlay ...des robes "Relais" ont été créées ( 3 robes x 3 en une). La musique et les paroles "Beng, beng Mada" sont d'Alexandre Fanomezantsoa Andrinirina.

2010_Dedans, 1'25"

1:26 Dedans 2010 1' 25"

« La machine à … »


L’œil avale
ce que la pensée
décapite

ce que le naufragé
oublie

Il avale
la bouche lente
qui met les mots
entre crochets

Il avale
les sons rétifs
avec les couleurs
intrinsèques

L’œil avale
les tempes lisses
qui se vantent
de leurs secrets

Et les infimes précipices
qui ne dépassent
pas le rêve.


L’œil exhale
ce que la pensée
déchiquette.



Elena Canosa. 2010.
 
 

2008_Performance avec la Cie Anjorombala, 7'14"

https://youtu.be/am-gw_KtBa4

Il s'agit d' un document sur un des ateliers de recherche que j'ai initié avec la Cie Anjorombola et avec 4 danseurs d'univers différents : de la danse classique - contemporaine - traditionnelle - hip hop avec Julie Iarisoa, Bienvenu Randrianirina, Andriantsoa Henintsoa, Toky Lalaina Rakotondrasoa.

2007, Courses

Courses. 2007.Courses. 2007.

Courses sans fin.

https://youtu.be/LqLCa0A4qE0

2005_Poblenou, 4'19"

https://youtu.be/GCIhMSTvvkk

Vidéo et élément de l'installation, "Poblenou, cambio cordones usados por unos nuevos."   

Images : Laïa Urgelles 

2005_Mon paysage en 2', 2'13"

https://youtu.be/plywlMf_JNI

Enumération d'une banque de données : noms et prénoms des personnes que j'ai rencontrées dans ma vie et dont je garde des visuels.

 

2003_REC,  2'

Coréalisation avec Frédéric Ollereau.

 

2001_Maquillage II, 2’

Autoportrait.

 

2000 _Fragile, Installation.

Sept moniteurs contiennent les prélèvements (petits déménagements) effectués, au moyen de la vidéo, auprès des habitants de Créteil. Sept heures d’images sont réparties et projetées par les moniteurs.

L’ensemble est posé sur des chutes de moquettes (d’espaces possibles d’habitation).

Réalisation dans le cadre d’une commande publique pour Créteil se raconte… Collection Ville de Créteil (Christiane Bélert.)

 

2000 _Vidéocréature, installation

L’image est contre une vitrine, le son est à l’extérieur, dans la rue commerçante. On entend la créature tapoter des doigts et frotter – nettoyer les vitres. Elle semble raconter une histoire mais aucun son sort de sa bouche.

1999_Dessin, 52"

C’est un jeu qui met en scène des personnages avec leurs gestuelles, sous le prétexte de faire un dessin, dans l’espace double du retour direct de l’image vidéo. 

L'expérience est réalisé avec les élèves de Moon du collège Jean Lartaut à Jarnac dans le cadre des interventions en milieu scolaire du Frac Poitou Charente (Françoise Chaloin). Collection Frac.

http://www.youtube.com/v/58uwTj7DT4I&hl

                   .

1998 _Montagne, 1’10’’.

Coréalisation avec Frédéric Ollereau. La montagne de verre est le prétexte pour matérialiser la forme du scintillement. L’image chaotique fait soudainement apparaître la géométrie parfaite d’une étoile. Cette alchimie de la lumière s’opère entre le mélange du soleil, du verre, du mouvement et de la technologie vidéo. On voit « un instant » qui apparaît puis s’échappe insaisissable. Ce n’est plus l’appareil enregistreur d’image mais inversement l’image qui flashe celui qui enregistre comme si le paysage allait garder la trace d’un passage.

Collection du département de la Seine-Saint-Denis

 

1998-2006 _Energie, Installation.

Suite à L'annonce "Recherche sosie, femme fille brune, yeux marron noisette, peau mate 1,64m et 50 kg... Des images vidéo sont réalisées et incoporées dans un module de recherche.

Ce module se compose de deux moniteurs, deux lecteurs vidéo, de la moquette (dimensions variables).

Actuellement 12h00 d’images, les langues parlées sont le français, l’espagnol et un peu de catalan et d’anglais.

Deux moniteurs jumelés sont posés sur une moquette.

Les sosies se succèdent au fil des bandes vidéographiques, nous dévoilant des intimités « communes ».

Sur le premier écran, les portraits sont de quelques secondes et ralentis, comme pour nous retenir sur une expression du personnage. Sur le deuxième écran, il y a aussi la figure, elle raconte.

À travers cette juxtaposition vidéographique, on découvre parfois un enchevêtrement de regards – de visages – d’attitudes similaires qui ne durent qu’un instant (les personnages défilant à des fréquences de 16 secondes dans l’écran des ralentis et de moins de trois minutes dans l’autre).

Ce binôme jette le trouble et ne cesse de vivre des coïncidences visuelles et sonores que lui apportent les portraits des sosies.

Cette installation semble permettre aux visiteurs de s’étendre, de se poser et de créer parmi eux un autre type de rencontre. Fonds Fondation Espais. Fonds Grand Canal.

1997_Psychose, 2'51

Distributeur : Heure Exquise!

 

https://youtu.be/j-7nyKLqT3M

Parfois les situations les plus quotidiennes peuvent se convertir en étranges phénomènes difficiles à comprendre. L'image obstruée par sa propre présence, s'ouvre peu à peu grâce à l'action terrifiante des pigeons. (Nuevos caminos, Menaces et promesses de l'art électronique, Manuel Olveira). 

 La fin du verbe de Catie de Balmann, par le biais d’un procédé assez simple (mais non moins ingénieux) nous propose de contempler, par en dessous, le martèlement du bec de deux pigeons picorant. Au menu : des lettres, ou plutôt des pâtes, ces fameuses pâtes Lustucru ayant la forme des lettres de l’alphabet (ce qui permet aux enfants de manger en apprenant et d’apprendre en s’amusant !) 
Ces deux oiseaux aux yeux sombres, dont le bec s’ouvre à peine quand ils picorent, dévorent leur repas jusqu’à épuisement du stock alphabétique. Le son participe de cette action terrifiante, et le spectateur peut aisément imaginer l’effet fracassant d’un coup de bec – ou une dactylo d’antan tapant avec régularité et précision sur sa machine à écrire. Toutefois, si la dactylo s’appliquait à remplir des pages blanches de lettres, les pigeons, ici, s’emploient à les faire disparaître. Et c’est ainsi, l’air de rien, que ce granivore très banal se transforme en monstre de déculturation, effaçant les mots par son appétit vorace. Une vidéo qui nous propose d’observer « l’instinct dévorant le langage ». Pascal  Lièvre. 

1997_Cri, 56"

Distributeur : Heure exquise !

Cri. 1997.0:57 Cri. 1997

Cri est un collage d’images sonores courtes prises depuis une fenêtre. Des arbres, du vent, de la pluie semblent discuter, d’une étrange façon, autour d’un événement qui les agite. La dimension surréaliste du procédé (le collage) ne fait qu’amplifier la sensation d’un bouleversement imminent et inquiétant. Une autre réalité naturelle est dévoilée comme si une organisation parallèle, au-delà des humains, existait sans qu’on le sache. La nature aurait-elle une âme ?  Collection du département de la Seine-Saint-Denis

https://youtu.be/TU71trtFNFo

Collection du département de la Seine-Saint-Denis.

 

1996 _Coucher, 86’’

Coréalisation avec Frédéric Ollereau.

1996_Passacaille, 2'28"

2:29

 Passacaille.1996.

Portrait de la claveciniste Virginie Vuong sur Passacaille de Louis Couperin sans clavecin.
 
https://youtu.be/MP5w0EI5YBk

 

1995_Mariage. 1'30''.

Coréalisation avec Frédéric Ollereau.

Saynètes : le temps nécessaire afin de faire le point sur une décision importante.(Vidéothèque ephémère, Bureau d'art plastique de Cologne, Raphaële Jeune)

 

1995_Les sacs. 4'30''.

Coréalisation avec Frédéric Ollereau.

Saynettes : essais - performance : comment rentrer dans un sac et voyager en train gratuitement ?

 

1993_I love you.

Coréalisation avec Frédéric Ollereau

Vidéo produite par le Fonds Régional d'Art Contemporain du Poitou-Charentes à l'occasion de l'exposition I love you avec Richard Fauguet, Pierre Joseph, Philippe Parreno, David Renaud, Lily van der Stokker, Georges Stoll et Xavier Veilhan. Commisariat de l'exposition Olivier Chupin. Avec le concours de : Ministère de l'éducation nationale, de la culture et de la communication, délégation aux art plastiques, D.R.A.C Poitou-Charente, conseil régional poitou-Charente, C.T.A.A, Maximum vidéo, Connexion

 

1993_La photo. 3’40 ‘’

Coréalisation avec Frédéric Ollereau

Saynettes : essais - performance : rester immuable.

 

1993_Meilleurs vœux.4’10’’

Coréalisation avec Frédéric Ollereau

Saynettes : autodérision. Un couple s’amuse dans leur espace vidéo.

 

1993_Le voyageur.1’25’’

 

1993_Les constructeurs. 5’

 

1992_La vidéodéshabilleuse. 54 ‘’

Coréalisation avec Frédéric Ollereau.

Distributeur : Heure Exquise!

La vidéodeshabilleuse est une contruction de la surface de l’image. Telle une radiographie, l’écran, assimilé à l’épiderme, elle décortique, peu à peu les différentes strates de la structure vidéogénique fabricant une fine couche pelliculée, une nouvelle peau. C’est un « transit », une « distance », un « territoire » entre l’intérieur et l’extérieur.
Cette vidéo fait partie d'un ensemble de saynètes réalisées entre 1989 et 1997, sans fiction ou effets techniques, où la représentation de la vie privée rencontre l'intimité du spectateur.

This video is part of a series of playlets that were made between 1989 and 1997, without fiction nor technical effects, and in which the representation of private life comes to meet the viewer's intimacy.

 

 

1992_Renaissance,18’30’’

  

 

La scène – performance se passe dans une piscine, elle touche la matière par l’air, les poumons et l’asphysie. Chaque acteur dans ce décor devient un ouvrier de la mémoire pour l’expérience de l’être.

Fonds Musée Géo-Charles. Echirolles. Fonds (vidéos) CNAP. Fonds Grand Canal. (1991 allocation recherche avec le concours du Fiacre).

 

1992 _Monument, 5’40’’

Hommage à Jean-Paul. Un tour et un retour à Marseille.

 

1992 _Terre –mer, 3’

 

1992 _Le sage, 30’’

 

1992 _Le Joueur, 34’’

 

1991_TV - TIsane, 7'

A propos des regardeurs de la TV. Le personnage de la vidéo regarde; il est est lui même regardé (surpris dans son quotidien), la TV est dans sa vie de tous les jours. Dans cette vidéo, elle devient un mécanisme permettant de générer des images et une situation. Ce personnage se trouve à une limite; celle de dialoguer avec sa TV.

 

1990 _Rythme, 5’

Composition d’après le film, les communiants de Ingmar Bergman.

 

1989 _Naturel, 6’

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site